Gouvernance & Financement

Une pépinière commerciale : des boutiques à la reconquête du centre-ville

De plus en plus touchés par la vacance commerciale, les centres-villes développent de nouveaux outils pour relancer leur attractivité. Bien qu’encore peu présentes, les pépinières commerciales sont de précieux instruments de reconquête des cœurs de ville commerçants.

Pourquoi installer une pépinière commerciale ?

Les élus locaux vont décider de l’implantation d’une pépinière commerciale dans le but de :

  • réimplanter des locaux commerciaux à des emplacements stratégiques du centre ville dans l’optique de le consolider et de favoriser la réimplantation d’autres commerces ;
  • procéder à des travaux de modernisation, voire de remembrement, afin de pouvoir rendre plus attractives des cellules commerciales délabrées ;
  • favoriser la création d’entreprises commerciales afin de redensifier un secteur du centre-ville et de redonner vie à des rues dévitalisées et
  • pourvoir à la demande des consommateurs par la création d’une offre commerciale de proximité limitant l’évasion commerciale vers les grands pôles périphériques.

À qui s’adresse une pépinière commerciale ?

À l’image de la pépinière d’entreprises, la pépinière commerciale accueille de jeunes commerçants en leur offrant des conditions propices à favoriser leur bon développement, c’est-à-dire un loyer très compétitif, une absence de pas-de-porte ou droit au bail, un accompagnement comptable et marketing, … En contrepartie, le commerçant s’engage sur ses horaires d’ouverture, ses services à la clientèle, son implication locale, … L’activité commerciale est soutenue ainsi pendant 2 à 5 ans, selon les dispositifs. À l’issue de cette période, le commerçant signe un bail « ordinaire » avec le propriétaire du local ou achète sa boutique.

La collectivité ou son délégataire décide de sélectionner les porteurs de projet selon les problématiques identifiées du territoire, comme les secteurs d’activité déficitaires (alimentaire par exemple). Il va aussi se prononcer en fonction de critères de viabilité économique et de motivation du futur commerçant. Il faut aussi savoir se laisser surprendre par un projet audacieux et original, qui apporte quelque chose d’innovant à la ville.

Comment créer une pépinière commerciale ?

L’initiative de ce type de projet vient de la commune. Elle peut le réaliser en direct ou via un délégataire : EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale), Société d’Économie Mixte (SEM), … De plus, elle va travailler en partenariat avec d’autres structures, notamment pour le choix et l’accompagnement des commerçants : la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, la Boutique de Gestion, … Il est à noter que la pépinière de commerces de Grasse (Alpes-Maritimes) bénéficie de l’intervention de l’EPARECA (Établissement Public d’Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux et Artisanaux) et de l’ANRU (Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine).

Concernant le choix des locaux vacants, la collectivité avec ses partenaires définit une stratégie de reconquête de son centre-ville. Elle s’attache ainsi à sélectionner des cellules commerciales permettant de :

  • conforter des secteurs fragilisés du centre-ville,
  • favoriser la continuité du linéaire commercial en reliant deux parties du centre-ville,
  • être fusionner afin de créer de plus grandes boutiques correspondant mieux aux standards actuels,
  • créer des boucles de cheminement piétons, …

Par ailleurs, elle peut procéder de 2 façons concernant les locaux vacants à intégrer à la pépinière :

  • soit elle les achète (voire acquiert l’ensemble des immeubles ou îlots, dans le cadre d’un projet de requalification urbaine) par négociation ou préemption, les refait à neuf, puis les loue au commerçant sélectionné ;
  • soit elle les loue, les rénove et sous-loue au créateur de commerce.

Outre les nombreux projets en réflexion des nouvelles mandatures municipales, vous pouvez vous renseigner sur les pépinières commerciales suivantes :

photo © Jean-Louis Zimmermann

Vous pourrez aussi être intéressé par :

– Naissance de la première couveuse de commerces !

– Une taxe sur les friches commerciales pour redynamiser le commerce ?

– Le droit de préemption pour protéger son linéaire commercial

Advertisements

4 réflexions au sujet de « Une pépinière commerciale : des boutiques à la reconquête du centre-ville »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s