Urbanisme & déplacement

Osons le resserrement urbain !

Les politiques d’expansion urbaine et leur corollaire qu’est l’étalement urbain ont eu un tel impact négatif, notamment sur la vitalité des centres-villes, que des formes de resserrement urbain sont parfois devenues nécessaires. Pourtant, à l’heure de la COP21, le resserrement du tissu urbain ne fait pas l’unanimité.

Des villes à courtes distances

Au cœur des objectifs de développement durable des villes, le resserrement urbain consiste à faire en sorte que le développement de la ville se confine aux limites existantes. Il s’agit en somme de construire la ville sur la ville, de la resserrer sur elle-même, la densifier, l’intensifier et la compacter. En substance, il s’agit de concentrer la pression urbaine sur les centres-villes, de requalifier les interstices et de recycler les friches, le tout sans porter atteinte à la qualité de vie.

Un centre-ville vivant et attractif concentre toutes les fonctions urbaines (habitat, loisir, emploi, commerce, …). L’objectif d’un resserrement urbain est aussi de reconnecter espaces de vie et de travail afin de réconcilier les habitants avec la ville et de cristalliser l’activité des populations. Le périurbain devient au service du cœur de ville.

Un projet urbain intelligent

Les bénéfices d’une politique de resserrement urbain sont nombreux. Citons :

  • (re-)faire du centre-ville un territoire vécu,
  • réhabiliter la vie en ville,
  • freiner l’étalement urbain en offrant une alternative crédible à l’habitat périurbain,
  • donner un accès rapide aux services, équipements et commerces,
  • favoriser les espaces publics attractifs, conviviaux et agréables à vivre,
  • contrer la fuite des ménages primo-accédants vers la périphérie,
  • reconcentrer l’emploi en ville,
  • améliorer l’accessibilité,
  • valoriser les déplacements doux,
  • développer des transports collectifs performants qui nécessitent une forte densité autour de leurs points d’arrêt, …

En un mot, il s’agit de réconcilier densité, environnement et qualité de vie. Au-delà de la performance écologique, ces nouveaux logements, bureaux et commerces, accessibles en transports en commun, réduisent l’emprise spatiale, favorisent les échanges et diminuent les coûts d’infrastructures. Néanmoins, la capacité à réunir du foncier est déterminante pour l’émergence de ces projets.

Vers une ville marchable

Le resserrement urbain est un outil au service de la ville marchable. En effet, il ne suffit pas de décréter une rue piétonne ou d’exclure le stationnement des voitures d’une place pour que cela fonctionne. Pour rendre l’espace urbain favorable aux piétons et à la marche, il faut favoriser l’appropriation du milieu urbain, densifier le centre et créer de nouvelles proximités tout en luttant contre le culte de l’automobile.

Dans une époque où les individus cherchent davantage des villes à taille humaine, conviviale, respectueuse de l’environnement et à la vie culturelle riche, la ville marchable dispose d’un avantage comparatif certain. C’est un enjeu prioritaire d’avenir que les municipalités finiront en partie par intégrer.

De la même manière qu’une ville trop étalée nécessite un resserrement du tissu urbain, un linéaire commercial trop distendu nécessite son resserrement afin de créer des polarités mieux identifiées et plus lisibles favorables à son attractivité.

Direction Centre-Ville

Publicités

Une réflexion au sujet de « Osons le resserrement urbain ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s