Ma boutique·Marketing & événementiel

Le web-to-store, une réalité peu intégrée par les commerçants

Plus de 9 Français sur 10 pratiquent le web-to-store alors que seulement 46% des commerçants de proximité ont un site internet, selon le baromètre 2014 Mappy/BVA. De plus, ces derniers pensent que seulement 14% des consommateurs font une recherche sur internet avant d’acheter en boutique physique. Le décalage entre consommateurs et commerçants est patent.

Le web-to-store, une pratique qui se généralise

91% des consommateurs ayant acheté au moins un produit en commerce de proximité ont fait une recherche sur internet avant. Le web-to-store gagne ainsi 13 points en seulement un an. Le consommateur ROPO (Research Online Purchase Offline) apparaît encore davantage en demande d’informations sur les commerces physiques et leurs produits et services. Le e-commerce se démocratise également puisque 97% des clients ont réalisé un achat en ligne, contre 88% en 2013.

Les principales sources d’information des consommateurs sont les moteurs de recherche (75%), les sites des pure-players (commerçants uniquement présents sur le web, comme Amazon – 54%) et les sites des grandes enseignes (44%). Les sites internet des commerçants de proximité ne sont sollicités qu’à 14%.

Les usages du web-to-store

55% des consommateurs, avant de se rendre en magasin, utilisent internet pour :

  • vérifier le prix et la disponibilité du produit et
  • obtenir des informations pratiques sur le point de vente.

Le click & collect (commande sur internet, puis retrait en magasin) n’arrive qu’en 9e position des usages actuels (40%) alors qu’il apparaît en 3e position des services qui intéresseraient le plus les acheteurs (90%). Il représente donc un potentiel encore sous-exploité.

Le web-to-store concerne certains produits (électronique, électroménager, tourisme, produits culturels et jeux) plutôt que d’autres (alimentaire, services, chaussures, bijoux & accessoires). Il existe ainsi de grandes disparités entre la part des consommateurs qui se renseignent en ligne avant d’acheter en boutique entre l’électronique (82%), le tourisme (74%), l’alimentaire (44%) et les chaussures (41%).

La perception faussée des commerçants

Selon les commerçants, le relationnel (40%) et le conseil (28%) sont les motivations premières d’un achat en magasin. Du côté des consommateurs, les principaux avantages de l’achat en magasin brick and mortar sont la possibilité :

  • de voir le produit en réel (65%),
  • d’en disposer immédiatement (50%),
  • de le tester (48%),
  • de le toucher et de le sentir (46%).

On constate ainsi une perception qui diffère considérablement entre les usages et attentes des consommateurs en matière de web-to-store et la vision qu’en ont les commerçants.

De plus, les détaillants pensent que 14% seulement des consommateurs font une recherche sur le web avant de se déplacer en boutique, soit une baisse de 5 points par rapport à 2013. Ils sont, au contraire, de plus en plus convaincus que les consommateurs ne font pas de recherche avant d’acheter dans leur magasin (51%, contre 34% en 2013).

Des commerçants de proximité peu présents sur le web

Parmi les détaillants, 46% disposent d’un site internet, 37% sont présents sur les réseaux sociaux et sites communautaires, 21% réalisent des campagnes d’emailings ou des newsletters et 21% participent aux parutions payantes sur les annuaires en ligne. De plus, 74% de ceux qui ont communiqué en 2013 ont consacré moins de la moitié de leur budget au numérique.

Le web-to-store, un enjeu mal compris des commerçants

D’un côté, les achats en ligne ont progressé de 13,5% en un an (étude Fevad – janvier 2014) alors que ceux en boutique physique n’ont augmenté que de 4,7% (OMC – avril 2014). De l’autre, seulement un quart des professionnels interrogés se déclare intéressé par la possibilité de renforcer leur visibilité sur internet, soit 3 points de moins que l’année dernière, et 55 % disent ne pas être du tout intéressés. Ces derniers ne semblent pas prendre conscience du bénéfice que représente le web-to-store.

Les clients ont intégré le digital dans leur comportement d’achat. Ils jouent sur la complémentarité du online et du offline en modulant leurs pratiques selon différents critères personnels (produit recherché, urgence de l’achat, disponibilité, …). Cependant, 39% des commerçants pensent que le e-commerce représente une menace pour leur activité. Dans les prochaines années les consommateurs pensent à 68% passer par internet pour réaliser leurs achats auprès des commerçants de proximité, alors que seulement 45% des détaillants l’envisagent.

Les commerçants doivent être davantage sensibilisés aux opportunités que représente le digital. Internet peut leur permettre de générer du trafic en magasin et de rester dans les parcours d’achat de la clientèle.

photo @ capture d’écran Sceaux Shopping

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le web-to-store, une réalité peu intégrée par les commerçants »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s