Marketing & événementiel·Urbanisme & déplacement

La propreté canine en ville

Les animaux de compagnie ont pris aujourd’hui une place considérable dans l’espace urbain. Cette présence engendre néanmoins quelques difficultés que beaucoup de collectivités locales ont pris en compte. Les toutous pollueurs sont une question majeure pour toutes ces villes entre souci du bien-être animal, éducation et responsabilisation des propriétaires, respect des usagers de la voie publique et maintien de la propreté urbaine.

Le plan anti-crottes

Des programmes pluriannuels sont instaurés par les Villes afin de favoriser une insertion harmonieuse de l’animal dans la communauté. Ces plans doivent s’appuyer sur un dispositif d’ensemble et une méthode plurielle et cohérente. Ainsi les progrès enregistrés dans la gestion municipale des animaux de compagnie sont obtenus durablement.

Les actions de la lutte

Ces dispositifs globaux de lutte contre les cacas errants des toutous s’accompagnent d’un ensemble de mesures qui peuvent inclure :

  • la mise en place d’équipements spécifiques : distributeurs de sacs à excréments, corbeilles de propreté, canisites, …,
  • les campagnes de communication,
  • la création d’événements fédérateurs,
  • les sensibilisation des propriétaires d’animaux,
  • la signalétique pédagogique et informative,

À l’instar de la sensibilisation au tri sélectif, le message du combat contre les « crottoirs » minés de pièges gluants et (mal)odorants passe souvent mieux auprès de la jeunesse. Ainsi la mobilisation des Conseils Municipaux de Jeunes est bénéfique.

La législation sur les selles canines

Les déjections canines sont autorisées dans les seuls caniveaux, sauf au niveau des passages pour piétons. Ailleurs, elles sont interdites par mesure d’hygiène publique sur les voies publiques, les trottoirs, les espaces verts publics, les espaces des jeux publics pour enfants.

Tout propriétaire ou possesseur de chien est tenu de ramasser immédiatement par tout moyen approprié les merdes de chiens sur le domaine public communal. En cas de non respect de l’interdiction, l’infraction est passible d’une contravention de 1ère classe (35 euros). Le respect de cette réglementation est de la compétence du Maire, en tant que responsable de la salubrité publique.

Les raisons d’agir

Les souillures de nos amis les bêtes posent différents problèmes en matière de :

  • propreté urbaine et environnement : dégradation du cadre de vie, salissures de l’espace public, des aires de jeux pour enfants, … ;
  • hygiène : propagation de microbes ;
  • sécurité : risque de chute ;
  • finance : charge budgétaire pour le nettoiement des sites maculés ;
  • relationnel : mécontentement, incompréhension, dégradation du climat social, …

Pour intervenir contre ce fléau, vous pouvez aussi vous inspirer de la ville espagnole de Getafe qui, il y a quelques années, a embauché des vigiles chargés de dénoncer les maîtres indélicats laissant sur les trottoirs les défections de leur chien ainsi que des acteurs qui déguisés en Sherlock Holmes ont distribué des flyers dans les rues. Sur un tel sujet, un peu d’imagination et d’humour permettront la mise en place d’opérations de com’ pertinentes et prometteuses …

Advertisements

Une réflexion au sujet de « La propreté canine en ville »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s